• 9 Avril

    On s'est rejoint au Méliès. Il terminait une rencontre avec l'attachée culturelle allemande, une jeune châtaine trois fois trop grande. Elle nous a quittés rapidement pour reprendre son train vers Ottawa. Il a pris le temps de nous fixer un rendez-vous lors son prochain week-end à Montréal.  On a terminé nos martinis et sommes parti pour le Godin.

    Dans l'ascenseur, il m'a demandé dans un anglais approximatif, si j'aimais être attaché. Surpris de la question, j'ai répondu d'un sourire inhibé. J'étais en collant comme il me l'avait recommandé à demi-mot. Rapidement dans sa chambre, il m'a soutiré mon manteau, mes bottes et puis ma robe. Vêtu que de ce collant, il me guida vers le lit. Les genoux sur le bord du lit, il inclina ma tête vers le sommier et tira mes mains derrière mes genoux pour les nouer rapidement d'une cordelette. En quelques secondes, j'étais amarré le cul disposé...

    Les quelques fourmillement que je perçus derrière laisse croire qu'il préparait méticuleusement son assaut. À la fois terrifié et intrigué, je restai passive et attentive aux moindres détails qui auraient pu me laisse anticiper le dénouement. Soudainement, je sentis un jet de lubrifiant froid sur mon anus, un doigt ganté s'introduit. Il proféra quelques mots incompréhensibles en allemand, puis je sentis un mince objet s'introduire lentement en moi. Malgré sa minceur, l'avance profonde de l'objet catalysait un léger inconfort. Il me laissa ainsi quelques s longues secondes, pendant lesquelles j'ai eu droit à quelques caresses des doigts toujours gantés de caoutchoute.

    Et promptement, un liquide tiède infesta mes entrailles. Frigorifié et boursouflé, j'entendis sa commande hold!. Tous mes muscles connus et inconnus étaient soudainement sollicités pour tenir la position. Le travail était d'une intensité vertigineuse qui transpirait des quelques vagissements qui s'échappèrent de ma gorge. Oscillant quelque peu le bassin, le réchauffement du fluide se muait lentement en une ardeur qui empli tout mon corps. Il amorça de légères caresses gantées de mon clitoris, puis s'infiltra dans mon vagin. Je sentais sa seconde main astiquée son désir avec lequel il opère quelques effleurements de la plante de mes pieds disposés. J'étais dépossédé de mon corps, soumise à des contraintes invasives, mon être ne répondait qu'aux sensations inéluctables. Au moment où le rythme s'enivra d'une vitesse intenable, il me lança une seconde commande let go!. Je me suis dépouillé dans une éruption formidable où les fluides ont jaillis de tous les orifices de mon corps...

    Il me délia pour étendre mon corps harassé sur le lit. Abattu, il m'ouvrit l'entre-fesse pour introduire son membre caoutchouté dans mon intimité assainie. Dans les vapes, il me prit comme une vulgaire catin encline à tous plaisirs.

  • Commentaires

    1
    dominator
    Samedi 14 Avril 2007 à 21:40
    la soumise ideale?
    tres interessant. voila le genre de femme que j'aime soumettre. surtout une qui aime jouer avec les fluides corporels. pour peu que tu aimes etre baiser et humilier plusieurs fois par jour, tu serais la soumise ideale car je suis vraiment insatiable
    2
    dominator
    Samedi 14 Avril 2007 à 21:40
    la soumise ideale?
    tres interessant. voila le genre de femme que j\'aime soumettre. surtout une qui aime jouer avec les fluides corporels. pour peu que tu aimes etre baiser et humilier plusieurs fois par jour, tu serais la soumise ideale car je suis vraiment insatiable
    3
    chyca
    Samedi 21 Avril 2007 à 21:12
    reveur
    slt, depuis j'ai decouvert ton blog je sui avec passion tes aventures. on peut dire que je sui fan. Pas plus tard qu'hier, j'ai revé de toi. Qu'on devai se retrouvé dans une boite, tu ne savai rien de moi, n'y meme a koi je rensemblai, le seul indice étai que je t'aborderai en te proposant un verre et que seul le contenu te permettrai de me reconnaitre. un indice asses vague, mais intreguée tu etais venue et attendai au bar, refusant les diverses invitations attendan le verre qui retiendrai ton attention. c'est alors que je me presentai a toi effleurant d'une main le bas de tes reins et te proposant de l'autre un schouters qui d'apparence n'avait rien d'une boisson ordinaire. alors tu y porta tes lèvres, reconnaissant imediatement le goût propre et pourtant toujours différent d'un homme. nos regards se croisérent appli de curiosité et de desir et d'une main je t'emenai danser au sein de la foule. Nos corp se déanchaient, tandis que nos mains décrouvrai leurs courbes, s'attardant sur les points frissonants. En parcourant ton corp des epaules jusqu'au creu de tes reins et progressan jusq'au cheville j'agrippai ton strig afin que celui ci ne soi plus qu'un souvenir. Le laisant a une danseuse qui surprise de l'offrande s'empressa de glisse ses doigt sous ta jupe les laissant visiter les moindre recoin a leur gres. Pui en te mordillant le lobe de l'oreille elle me saisi d'une main ferme et m'inséra en toi avant de disparaître tel un ange. Nos corp ne faisaient qu'un et battaient au rythme de la musique. La foule ne voyant rien, nous effleurai dans son mouvement endiablé. Envahi par la sensation d'etre prise par un homme, et le sentiment de faire l'amour à l'ensemble de la boite. Tes yeux se perdirent en un soupir de plaisir. Je me retirai tendrement et disparu, laissant juste un partie de moi même coller entre tes jambes enflammé. Mais ceci n'etait qu'un reve.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    ara2007
    Mercredi 2 Mai 2007 à 22:48
    sex
    des vidéos sex svp
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :