• Nous sommes arrivés à sa chambre. Il prit le temps de me dévêtir de mon manteau courtoisement. Sans vraiment s'attarder à de vaines conversations il me coucha délicatement sur le lit. De son anglais approximatif, il me complimenta de la petitesse de mon corps. Son regard luisait d'un état fébrile d'excitation, je me rappelle que nos regards se sont croisés en début de soirée au vernissage au moment ou un ami avait la main sous ma jupe et que j'étais en demi-extase.

    Il caressait finement mes chevilles vêtues d'un collant noir. Puis déchaussèrent mes bottes, et entreprirent de longues caresses de mes pieds. Il semblait enivré par ses longues et intenses caresses de mes cuisses, mes jambes et mes pieds. L'alcool et ses baisers déposés sur la plante de mes pieds ont eu raison de moi, j'ai rapidement entamé des caresses sous mon bas-culotte. Mes mimiques de ses gestes ont semblé lui plaire, il monta sur moi après s'être désapé de son pantalon. Une jambe entre sa main et l'autre sur sa bite il est venu sur ma culotte dans râle intense de satisfaction. Immergé, je me suis abandonné à un orgasme intense...

    Il m'a demandé si je reviendrais demain...

     

     


    1 commentaire
  • Elle m'avait encore invité à ce 5 à 7 minable. La dernière fois la soirée qui s'en était suivi fut très câline, alors j'ai accepté. Comme elle connaît tout le monde de ce réseau de publicitaire de seconde zone, je passai le temps à des conversations futiles avec des meks dont le regard grisé s'accochait à mon décolleté. Plus la soirée avançait plus les mains étaients sondeuses. Je pris plaisir à être le propos de leur petite soirée. Me regardant en souriant, elle prend son manteau et nous quittons le bar.

    Rendu sur Saint-Laurent, elle me proposait d'aller danser, évidemment j'accepté. On est rentré au Ballroom. La soirée était encore jeune, le lieu se meublait tranquillement. Plus le plancher de danse se comblait, plus nos mouvements et nos corps se rapprochaient. Elle s'amuse à me caresser les fesses pour animer les regards, lever la robe pour attiser les désirs, coller sa cuisse sur ma chatte pour me consumer sur place devant cet auditoire.

    Un groupe de jeunes meks sont venus nous accompagner. À la fois intimés et arrogants, ils se sont joints à nos jeux sous le regard inquisiteur du portier. Pour nous dérober, nous nous sommes retirés à leur table à l'arrière. M'invitant à m'asseoir derrière la table, elle s'amusait à leur chuchoter à l'oreille, ce que je déduisait être des consignes m'étant destiné. Le premier c'est aventuré rapidement sous ma robe. J'ouvris mes cuisses pour me contenter la seconde. La fouille était malhabile, mais quand même l'idée d'être assujettie à ce traitement devant ses yeux m'enflammait. Mon corps était couvert de mains masculines, mais elle savait que j'étais sa possession pour cette soirée.

    Nous sommes rentrés chez moi. Elle m'a dévêtue, ouvert mon ordi. Quelques contacts étaient présents sur MSN. Elle me demanda de mettre mon collier qu'elle attacha d'une laisse. Elle me mit à genoux devant la cam pour m'offrir son cul à lécher. Quelques coups de laisser, quelques mots vulgaires et je assouvi dans son anus à coups de langue. Ainsi, elle m'engagea dans un sombre scénario dessiné à l'avance qu'elle conclue en me laissant me masturber devant ma cam.

    1 commentaire
  • En fin d'après-midi, M. Madère est passé à la galerie. Mon patron avait quitté plutôt. Sans même avertir, il s'est hâté sur moi et mit sa main sous ma jupe. J'étais sans défense devant ses doigts sondeurs. Il me demanda pourquoi j'étais si moite. Il comprit rapidement que mon patron avait laissé quelques notes de passage. D'une main me caressant la chatte et d'un autre sur ma poitrine, je m'abandonnais aux fringales de mon client.

    Il m'adossa à la table de travail pour redoubler ses avances. Je me couchai sur la table pour lui donner l'accès sollicité. Il s'agenouilla pour entamer un cunni. Dès qu'il pressentit l'amorce de mon orgasme, il se releva pour ouvrir son pantalon et s'astiquer devant ma chatte offerte et humide.

    Il m'atomisa de ses semences et remit son pantalon. Bassiné et attisé, je me suis mignoté jusqu'à l'orgasme, sous son regard...

    Avant de partir, il me laissa un 200$ puis me dit qu'il me donnera rendez-vous cette semaine pour soirée au resto.

    1 commentaire
  • Mon patron m'avait demandé d'assister au vernissage d'une nouvelle artiste dans une galerie qui a toujours des milliers d'idées pour tenter de nous voler notre marché. L'espace avait été réaménagé depuis mon dernier passage. Un petit salon-café ouvrait l'espace vers la salle d'exposition. Les œuvres installative étaient jonchées de LED qui était presque la seule source de lumière dans l'espace. L'atmosphère tamisée était fors réussi, malgré un travail ordinaire. Dans la foule bigarrée, j'ai reconnu quelques clients chez nous, dont Mrs Madère qui est venue rapidement et chaleureusement me saluer.

    Quelques verres de vin et conversations plus tard, je suis retrouvé dans le salon bondé ou régnait une énergie à la fois calme et festif, là Mr Madère m'invita à me joindre à sa table. Les chaises étant occupées, il me présenta à la blague c‘est genoux. J'ai accepté. La table était composée d'avocat, et d'homme d'affaire venue voir cette expo de la saveur du mois. Les discussions étaient conviviales et les mains baladeuses. Mes hôtes semblaient prendre plaisir à voir Mrs Madère caresser les cuisses, leurs regards semblaient déjà anticiper l'ascension. Mrs Madère et moi avions déjà eu des rapports quelque peu partiels, mais quand même plus qu'amicaux. Lorsque ses doigts firent contact avec ma chatte dénudée, j'étais déjà mouillé. Pour lui faciliter la tâche, j'entrepris quelques oscillations du bassin pour caresser ses doigts immobiles. Discrètement, je prenais plaisir devant un auditoire plus ou moins conscient de l'intensité du moment.

    Puis, je me suis levé pour me rendre aux toilettes, un mauvais mixe de vin et caresses. Alors que je m'apprêtais à refermer la porte derrière moi, apparut le directeur de la galerie qui força son entrée. Une fois tous les deux à l'intérieur il barra la serrure et entreprit de m'embrasser. Je l'ai repoussé, puis me suis installé sur les chiottes pour uriner. Il me regarda sans me parler assise, jupe relevée. Avant même que j'aie la chance de m'essuyer, ils me lèvent pour me mettre le visage contre mur, son pantalon était déjà ouvert et il me pénétra d'un coup sec. Il me murmura à l'oreille un truc du genre, on va voir si c'est vrai ce qu'on raconte. Après quelques coups, il s'arrêta pour mettre un condom et reprit la charge. L'adrénaline était à son maximum, j'ai sans hésité débuté une masturbation. Puis, il me tourna pour me pencher sur la toilette, ou j'avais pour seul appui le contour du bol. Il s'offrit ainsi mon cul dans un acharnement effréné. Puis, il est venu. On a quitté ensemble pour se disperser dans la foule.

    Je retrouvais ma paire de genoux pour le reste de la soirée. Toujours assis sous des mains curieuses, j'étais en flamme. La soirée appelait au débordement la salle était immergée d'une énergie indesciptibible, la jeune artiste et ses amies étaient sollicitées par un de nombreux prétendant, de vieux mâles rajeunis par le plaisir de la chasse. Je regardais chaque détail du spectacle, oscillant toujours le bassin. Plus tard, j'ai quitté le vernissage accompagné d'un avocat, qui s'est tapé le clou de la soirée.

    1 commentaire
  • J'étais en cam devant 4-5 complices. Je m'amusais à pénétrer mes doigts en moi, lubrifié des restes de sperme de mon patron. La soirée était toute jeune, alors qu'un 6e me salue. Je lui lance ma cam, il réplique avec la sienne. Je me rappelle soudainement cette jolie queue bien en chair. Il commente ce qu'il voit d'un vocabulaire direct voir vulgaire, mes gestes se précisent et s'accélèrent. Il lance alors son micro, je ferme toutes fenêtres pour amorcer une conversation avec lui. Sa voix était rauque, d'un français avec un fort accent anglais, il m'affable de noms dans les deux langues. Je le vois astiquer cette bite énorme qui m'enflamme. Il me demande mon adresse, prétextant qu'il veut venir baiser sa p'tite pute. Sans vraiment réaliser, je la lui donne...

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique