• Il avait un rendez-vous dans le coin. Il m'a téléphoné pour passer chez moi avant. J'étais à peine de retour du boulot, j'ai accepté. Pressez par le temps, il m'a demandé de me mettre à 4 pattes sur mon lit. J'étais encore vêtu d'une jupe, bas collant, tricot de laine noir. Il m'enleva mon tricot, puis de son pantalon ouvert, il introduit sa bite dans ma bouche. Après l'avoir baisé, il me demanda de me retourner, il lécha mon petit trou avant d'y introduit ses doigts, comme on m'avait déjà enculé dans la journée, il eut accès facilement. Il mit un condom et cracha pour s'introduire. Quelques coups suffirent pour tout remplir. Une fois retiré, il me retourna pour vider le tout dans ma bouche. Il quitta pour son rendez-vous.

    J'étais en feu. Je me suis rhabillé avec l'idée de courir les 5 à 7. Mais un lundi soir... J'ai téléphoné un vieux contact MSN qui demeure à quelques rues de chez moi. Il m'a invité chez lui. Retraité et bien nanti, on a fait plusieurs rencontres et quelques voyages dans le sud par le passé. Il m'a accueilli en robe de chambre. Je me suis mise à 4 pattes sur son plancher et suppliées de me baiser...


    4 commentaires
  • J'étais à table au Méliès, avec un ami de la galerie et ses collègues de travail. J'étais la seule femme parmi ce groupe d'architectes. La conversation était plutôt inintéressante, lorsque mon voisin de gauche qu'on m'a présenté au début du repas comme le jeune apprenti, me félicite pour mon blog. Puis, il amorce une série de questions sur le sujet. J'étais bouche bée. Je ressentais aussi que ses paroles étaient captées par quelques oreilles indiscrètes autour de la table... Oui, c'est vrai et encore ce n'est qu'une infirme partie... Ma réponse a semblé satisfaire mes voisins et la conversation à dérouter sur d'autres sujets anodins.

    Je me levai pour aller à la toilette. Une fois terminé, lorsque que j'ouvris mon cubicule, une oreille indiscrète ce tenait là devant moi. Sans hésiter, l'homme plutôt costaud me plaqua sur la paroi. Avec une agressivité saisissante,  il me prit. Puis, une seconde oreille entra dans la chiotte des dames. Appréciant, le spectacle en attendant son tour.

    Je revins m'attabler avec mes 4 architectes. Je glissai à la première oreille que j'en rendrai peut-être compte dans mon blog...

    J'ai quitté la table quelques minutes plus tard avec mon ami. On est allé chez moi, il m'a pris en chienne.

    4 commentaires
  • 20 janvier



    Pute de salon

    Dès mon arrivée, il m'a mis sa ceinture autour du cou et dévêti. Il me paradait comme une chienne devant son auditoire virtuel. Giflée, fessée et godée, il répondait à chacune des demandes de ses cyberinvités. À la fois humiliée et excitée, j'étais constamment à la recherche d'une opportunité de me caresser, de me frotter. Puis, il apporta une bouteille de bière qu'il mit devant la cam, il me prit par les cheveux et me força à l'empaler. Une fois dans mon cul j'ai ressenti une grande excitation, et je me suis caressé frénétiquement.  Pour son plaisir, j'ai éjaculé.

    À la demande d'un ami en ligne, il me revêti pour me mettre dans un taxi. Encore dans les vapes, je me suis rendu instinctivement à sa porte. Il était déjà nu. Il me mit devant la cam et s'amusait à me pénétrer de ses doigts ma chatte encore moite. Puis, il m'attacha à une table à café ventre sur table les genoux liés aux courtes pattes. Puis, me baisa aux plus grands plaisirs de l'auditoire. Une fois terminer il vida son condom dans mes cheveux, me rhabilla et me mit à la porte.

    Je suis revenu chez moi en taxi, je me suis couché sur mon lit pour me caresser frénétiquement jusqu'à l'orgasme.

    2 commentaires
  • On était à l'entrée d'une maison cossue du vieux St-Lambert. Ma copine m'avait amené à une soirée chez un couple qu'elle fréquentait. L'hôte semblait réticence à me laisser rentré, prétextant que j'avais pas d'invitation, que tous avaient payé 200$ etc. Comme si elle avait prévu le coup, elle ouvrit mon manteau et tira sur la robe pour dévoiler ma poitrine. Elle lui expliqua que j'étais déjà sur l'X et que je ferais la soumise pour les invités. Puis, elle prit sa main et l'amena sous ma robe, voyant mon visage sans expression, il acquiesça.

    La soirée était déjà entamée à l'intérieur, les gens festoyaient bruyamment. Une quarantaine de gens étaient réuni dans les quelques salles de ce qui semblait être un club échangiste informel. Ma copine me fit faire le tour rapidement, me présentant aux gens comme la soumise de la soirée, prenant soin de bien mettre l'emphase sur ma poitrine offerte. Puis dans une salle au fond, on discernait un groupe entourant l'hôtesse qui se fessait, prendre par deux mecs sur le lit. Malgré une clientèle assez distinguée dans la cinquantaine, l'hôtesse grassouillette me fit une moins bonne impression avec une bite au cul et à la bouche, trois fois trop bronzée avec ce qui restait d'un maillot en léopard, elle râlait d'un ton vulgaire.

    L'X monta rapidement, j'en oubliais ma poitrine nue (et énormément de détails) et l'absence de ma copine qui s'était réfugiées dans les bras d'une dame au fond de la salle. J'étais un le canapé de cuir avec des mains sous ma robe. On prit ma tête pour la porté à une bite que je suçai sans trop hésiter malgré la position du mec j'avais peine à la saisir en bouche entre ses cuisses et son ventre. Sans terminer, on me releva pour m'en présenter une autre qui entra en profondeur pour rapidement se retirer et s'éclabousser sur ma poitrine. La soirée se passa ainsi, sans vraiment me rappeler les détails, sauf le moment ou l'hôtesse m'apostropha devant tous. Me demanda si c'était moi la soumise, après mon signe tête, elle s'amusa à me caresse la chatte. J'étais debout à côté de ce qui servait de bar, elle me caressait devant un auditoire intéressé. Mes jambes étaient molles et mon corps fiévreux, j'avais peine à me tenir debout sous ses caresses. Elle me mit à genoux et porta ma tête à chatte, et m'ordonna de lécher. Ce que je fis. Je la sentais prends plaisirs malgré que j'étais dans mon état seconds, je réalisais que je dégustais la chatte que tous avait probablement baisée. Puis, elle remonta ses jambes sur le tabouret devant elle pour ouvrir l'accès à son cul, qu'elle me demanda à haute voix de lécher. Devant tous elle me traita de mangeuse de cul, et invita les convives à profiter de mes services, car j'étais la soumise de la soirée et que je m'étais immiscé ici sans payer.

    Le reste de cette soirée à passer dans un noir total. Je me suis réveillé nu dans la chambre des hôtes. Je me suis levé cherchant ce qui pouvait ressembler à mon linge. Sans succès, je suis sorti de la chambre pour rejoindre les voix que se fessait entendre. Le couple déjeunait dans le bain-tourbillon au premier étage. Ils m'invitèrent à les joindres. Ils ont à peine parlé de la soirée. Après le bain-déjeuner, elle me remit mes effets et m'appela un taxi. Elle me demanda mon numéro de téléphone et insista qu'elle requerrait mes services éventuellement parce que tous ses invités avaient apprécié.

    Sans nouvelles de ma copine, sans le moindre souvenir de ma soirée et encore sous les séquelles de l'X, je pris un taxi vers chez moi. L'année s'annonce...


    (ci-haut, la seule photo visible de mon cellulaire)


    1 commentaire
  • On est sorti au Balroom pour danser. L'année se termine sans grands éclats. 2006 fut une année assez ordinaire. On s'amusait sur le plancher de danse habillée assez sexy, longues bottes sur jambes nues, moi d'une robe blanche courte et elle d'une jupe jeans ras chatte. Elle était superbe de ses 24 ans, et son visage d'adolescente. Tous les regards étaient sur nous. Deux jeunes filles s'aguichant sur le rythme. Les quelques badauds ont sûrement aperçu notre nudité sous nos vêtements. Surtout que ma robe et son top laissèrent très bien entrevoir la dureté de nos mamelons. Comme deux chattes en chaleur nous folâtrions en public.

    Elle aime bien être la vedette, être l'objet des regards et quand je l'accompagne, elle est toujours à la limite de la décence. Et c'est toujours moi qu'elle porte à cette limite. Elle n'hésitait pas à inviter les maraudeurs sur le plancher à s'approcher, guidant les mains de même ceux qui s'approchaient de moi sous ma robe. J'adore qu'on me caresse les fesses, elle le sait. Hier, mon cul a dû passer dans les mains de tous les mecs du bar... M'enfin.

    Vers 2hrs, on s'est attablé avec un groupe de mecs dans la vingtaine. Elle s'amusait à m'embrasser pour leur plaisir en pinçant mes mamelons ou en levant ma robe. L'atmosphère était au zénith. Puis, elle repartit sur le plancher de danse, me laissant à la table coincée entre deux blancs becs, dont un avait déjà ses doigts en moi et l'autre m'embrassait. Un peu émoustillé, j'ai sorti sa bite déjà solide de son froc. Ma bouche quitta la sienne pour saisir sa torpeur. Je sentais mon environnement s'enflammer, malgré ma concentration sur cet objectif. À peine quelques lichettes que ma copine est venue me chercher. De retour sur le plancher, elle me reprocha mes quelques coups de langue prétextant qu'elle ne voulait pas être expulser de ce bar.

    On a fini la soirée sur le plancher, avant la sortie je suis allé aux toilettes, dans la cohue de la fermeture, j'ai rencontré mon blanc bec qui me traita d'agace. Je l'ai suivi dans la toilette des hommes pour l'enfermer dans un cubicule et lui faire sa meilleure fellation de l'année. Il est venu en quelques secondes. Je suis sorti du cubicule la bouche pleine et sous les regards ahuris des 3-4 mecs présents. Ma copine m'attendait avec mon manteau, j'ai ouvert discrètement ma bouche pour lui montrer fièrement ma prise. Elle sourit et on s'est embrassé tendrement au milieu de la foule.




    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique