• Il m'avait invité à faire du shopping. Il voulait m'habiller à son goût pour notre soirée. Après mille essais, il a choisi une jolie robe de soirée dans une boutique prisée des cours Mont-Royal. Elle offrait aux regards mon dos dénudé jusqu'à mes fesses. Il était très fier de son achat qui s'harmonisait bien avec mes bottes et un collant en filet.

    On est allé au Nuevo ou il avait réservé. Il me présenta le tabouret-chaise qui fessait dos au resto. Évidemment, c'était voulu la robe, le tabouret. Mon dos était offert aux clients, qui dans cette partie du resto était assis à des tables ordinaires et non a des tables cabarets comme nous. La vue devait être agréable.

    Entre quelques gorgées de bon vin et de quelques tapas, il s'amusait à remonter ma courte robe, caresser mes jambes, prenant soin de discrètement m'offrir en spectacle. Puis, il mit dans mes mains deux boules métalliques. Il me demanda d'aller les mettre en moi aux toilettes. Ce que je fis. De retour, j'ai du traverse le resto en entier avec à chaque pas une sensation électrisante en moi. J'avais l'impression que tout le resto me regardait. De retour sur mon tabouret sa hauteur pesait sur mon bas ventre. Tout le reste de la soirée, j'étais en demi-extase un mélange d'alcool et de spasme délicat. Offrant mon dos et quelques vacillements à mon hôte, qui s'amusait à regarder la clientèle me mirer.

    Il voulait finir la soirée chez moi. On est rentré silencieusement, pour ne pas réveiller ma copine qui squatte mon loft. On est aller dans la chambre de bain, il m'a enlevé ma robe et mit à 4 pattes sur le plancher, puis baissant mon collant il mit rapidement les doigts en moi pour agiter les boules chinoises. Puis, lubrifia mon cul de ma mouille pour m'enculer. J'étais en plein délire avec les boules et sa bite en moi, quand j'ai vu les pieds de ma copine s'avancer vers moi. Elle se pencha pour me caresser le visage et lui demande de me mettre sur le dos. Il me reprit sur le dos et la regarda s'accroupir sur mon visage. Je lui léchais goulûment la chatte, lorsque je la sentis se contracter. Elle m'urinait au visage au plus grand plaisir de mon enculeur qui est venu presque instantanément. Alors, je me suis caressé violemment avec les boules en moi, en avalant le liquide de ma copine. Puis elle se leva me laissant seule au plancher le visage inondé et le corps en spasme. Lorsque que je repris mes esprits mon enculeur était à genoux léchant la chatte de ma copine. Je me levai sur mes genoux pour mieux voir la scène, je sentais l'urine coulée sur mon corps, le sperme de mon cul et les boules tombèrent de ma chatte souillée. D'un cri guttural, elle jouit. D'une vigueur retrouvée, il me gava la bouche de sa bite pour venir une seconde fois au fond de ma gorge.

    Il nous quitta lorsque nous étions sous la douche.

    1 commentaire
  • J'étais au Réservoir avec une amie, elle me comptait ces dernières péripéties avec son sugardaddy, qu'il l'avait plaqué. Elle était à la rue, elle songeait retourné chez ses parents encore une fois. C'est histoire m'ennuyait comme si elle m'avait été comptée des milliers de fois (c'est probablement le cas). Puis, mon cell. Sonne. Sauvé!. C'était un mec qui m'avait pas donné signe de vie depuis un temps. Il m'invitait chez lui là, maintenant. J'ai laissé les clés de mon loft à ma copine, et j'ai sauté dans un taxi.

    Arrivé à sa porte, il me prit l'oreille d'une main et me gifla de l'autre, comme il fait toujours pour me soumettre à sa volonté. Il tira à son salon me forçant à me coucher sur ses genoux. Il baissa mon jean pour exposer mon cul. Une fessée violente sans suit. Un peu brusqué, je me débattis légèrement. À chaque coup, je sentais mon excitation montée et le sien aussi. Lorsqu'il me jeta au sol, il m'ordonna de me mettre à 4 pattes, mes jeans à la cheville. Il se plaça devant moi et m'enleva mon t-shirt. Puis, il me gifla encore m'ordonnant de me caresser. Ce que je fis sans hésiter. Puis sentant mon désir, il baissa son pantalon pour se masturber d'une main et me pinça le sein de l'autre. J'étais en feu et il le savait.

    Il inséra sa bite dans ma bouche pour amorcer un va-et-vient aussi profond que violent. Après quelques coups, il est venu. J'ai peine à tout contenir et avaler, quelques goûts sont tombés. Sentant mon orgasme arrivé je me suis penché pour lécher la petite flaque au plancher. Je suis enflammé dans un tremblement intense.

    Il me leva aussitôt, me mit mon t-shirt et me donna mon manteau. J'ai eu à peine le temps de lever mon jean que j'étais dans la rue à chercher un taxi encore à moitié pétrifié de mon orgasme.

    De retour chez moi, ma copine avait déjà entamé les trois quarts d'une bouteille de vin (le mien!). Elle était juste en camisole sur le lit. En lui racontant ma baise, on s'est embrassé goulûment, comme si elle voulait goûter au sperme qui s'était logé dans ma bouche. Puis, elle porte ma bouche entre ses cuisses, à la moiteur j'avais compris qu'elle n'avait pas perdu son temps durant mon absence. Je pris plaisir à la porter à un deuxième orgasme. Puis, j'ai fini la bouteille avec ses doigts en moi.

    votre commentaire
  • Évidemment, l'expo était à chier, d'ailleurs on n'a presque rien vendu. Donc pour terminer l'année, le patron a mis sur pied ce petit 5 à 7 improvisé pour tenter un dernier coup. Avec les fêtes et toutes les célébrations qui ont cours, on était que très peu. Pour l'occasion, il m'avait offert une robe argentée saillante décolletée jusqu'au nombril et jusqu'au bas du dos. Sans collant et talons agencés, j'avais l'allure d'un sucre d'orge de Noël, ou d'un cadeau prédéballé.

    Dans la journée, il m'avait demandé d'appeler une liste d'invitées pour confirmer personnellement leur présence. D'une voix racoleuse, je leur soulignais la particularité de l'exposition, les mérites de l'artiste, etc. Ce qui est amusant dans ces conversations est que finalement l'art importait peu.On était peu nombreux, je passais d'une invitée à l'autre pour m'assurer que tous avaient à boire. L'atmosphère était agréable et tous les regards étaient sur moi, ce qui évidemment n'était pas déplaisant. Les quelques caresses au passage des invités m'allumaient tranquillement. Comme certains me connaissaient très bien, la galerie semblait plonger un suspense coquin... dans l'attente...Puis, un bon client fit son entrée vers les 18 h. Un vieux misogyne, gros et gras qui parfois en public et toujours en privé se plaisent à m'humilier. Là, j'ai senti un pincement en moi... ceci allait être l'élément déclencheur. En bonne hôte, je l'accueillis avec un verre de vin, qu'il prit sans même me regarder. Et il joint les convivents. 19 h, certains invités quittes déjà, la petite soirée semblent déjà se conclure. Mon misogyne, ne m'a toujours pas adressé la parole. Mon patron, me demanda à l'oreille d'aller cherche à l'entrepôt un catalogue d'un autre artiste pour un client. Avec un sourire en coin, je m'exécutai rapidement. Mais à l'entrepôt rien, personne ne m'attendait...Puis, retour en galerie. Les lumières avaient été tamisées et la porte d'entré fermé. Sous le regard amusé de mon patron, 4 mecs m'attendaient ...

    Mon vieux misogyne c'est approché de moi. Il m'a vulgairement empoigné la chatte pour confirmer aux invités ma moiteur. D'une forte poigne, il me saisit les cheveux pour me forcer à genoux, leva ma robe et m'ordonna de me caresse le cul pointé vers l'audience. Je m'exécuta sans hésiter. Il s'aguenouilla pour s'amuser à pénétrer simultanément de ses doigt mon petit trou pour l'ensencement du spectacle. J'étais à genoux me masturbant sous le jougue d'un vieux pervers devant une galerie de gens importants.

    Puis il me pris par les cheveux pour me porter à une chaise ou sur laquelle j'ai instinctivement pris une position accroupi toujours le cul pointé, offrant une prise invitante sur mon petit trou. Qu'il mouilla de ma moiteur et de quelques crachats pour me pénétrer d'un coup. Affolée par la perversité de la scène, j'accompagnait chaques coups violents de caresses rapides de mon clito. De râles et de commentaires agressifs, il est venu en moi. Même une fois retiré, je continuais ma masturbation sentant son sperme s'échapper. L'intensité du moment me mis en transe et j'ai éjaculée à mon tour. Mon misogyne me félicita, me pris par les cheveux pour me remettre à genoux et me forcer à nettoyer de ma langue les quelques goût de fluides au pied de la chaise. Il annonça aux 3 autres mecs que j'étais prête... Il quitta aussitôt la galerie avec mon patron.

    Le premier m'apporta dans l'entrepôt pour être seul avec moi. D'un condom rapidement posé, il me baisa la chatte mon ventre posé sur la table. Le second et le dernier prirent mon cul, mon corps étendu sur le canapé comme un poupée.



    votre commentaire
  • On est arrivé assez tard, les gens étaient déjà dans un état avancé. Après les présentations d'usage, malgré que je reconnaissais quelques clients, mon patron prétexta un mal de tête pour se dissiper rapidement de la fête. Je ne suis pas très friand de ces partys de bureau chez nos clients, déjà celui d'hier fut assez arrosé. Aujourd'hui, on est chez un petit bureau d'avocat, et maintenant je représentais seul la galerie...

    Un peu laissé dans la fosse aux lions, avec une robe de soirée coupée à la fesse qui vite remarquer dans une salle à majorité masculine. Le patriarche de la boîte est venu me porter un verre et là je le reconnus, et me suis rappelé quelques petites rencontres passées.

    Puis sans me rappeler comment je me suis retrouvé dans un canapé de cuir sur ces genoux. Devant quelques regards curieux parmi la foule assez houleuse et occupée, il s'amusait à me caresse les fesses, puis les cuisses et ma chatte, prenant bien soin de remonter ma robe pour récompenser les quelques badauds.

    Et discrètement, il m'invita à le suivre dans son bureau. Une fois à l'intérieur, je me suis retourné pour voir les 3 badauds qui nous ont suivis. D'une main sur mon épaule il me força sur mes genoux, puis d'un pantalon ouvert il pénétra ma bouche de sa bite déjà en érection. Il s'agrippa de mes cheveux pour procéder à un facefuck agressif. Puis il retourna, je l'entendis déballer son condom pour s'agenouiller et me prendre à 4 pattes sur le tapis de son bureau devant les 3 badauds. Les cheveux entre ses mains, j'étais pris comme une vulgaire pute de service, après quelques coups virils il est venu. Il a remonté son pantalon et quitta son bureau. J'étais laissé seul à genoux devant 3 meks qui ne croyaient toujours pas ce qu'ils venaient de voir. Sentant leurs malaises, j'ai aussi quitté le bureau, chercher les toilettes pour me refaire une beauté.

    De retour dans la salle, les gens commençaient déjà à quitter. Un de mes badauds est venu m'offrir un verre. Puis en me parlant de chose et d'autres ordinaires et banals, comme s'il ne m'avait pas vu me faire prend. Discrètement, il approchait sa main de moi pour tenter une caresse. Ça m'amusait de voir ses précautions pour effleurer discrètement les cuisses d'une fille qu'il a vu se faire prendre. Puis, j'ai compris plus tard quand il me présenta sa femme en demi-sommeil dans un canapé.

    À la fin de la soirée, il m'a offert un lift. Il a couché sa femme sur la banquette arrière, et moi à ses côtés. Sa main était toujours aussi baladeuse. Une fois arrivé près de chez moi, je me suis avancé pour ouvrir son pantalon. Le sentant nerveux, j'ai cru qu'il allait me repousser... mais non,  je l'ai sucé dans son 4X4 sur une rue relativement passante du plateau avec sa femme à ses côtés.


    votre commentaire
  • Une soirée entre amis. Il voulait nous montrer ses nouvelles croûtes, son travail à vraiment tourné vers le composé monochrome depuis ça dernière expo à New York. Il a bien vu dans mon visage que ça me laissait froid. Il avait aussi invité quelques amis que je connaissais professionnellement un collègue croûteur et un couple de collectionneurs d'un certain âge. Il sorti quelques pinxtos et du Tempranillo...

    La visite d'atelier terminé on a passé au salon. La conversation s'est rapidement détournée de ses toiles finalement sans grand intérêt. L'artiste sortit son Belladonna d'usage, j'ai été étonné que tous se soient partagé les caresses derrière la nuque. J'ai voulu refusé, car le narcotique me fait de ses effets, mais sans égard, une main gantée étala la pommade derrière mon cou...Les souvenirs sont assez vagues et nébuleux, mais quelques images immerges dont un collectionneur énergique sur mon corps étendu sur le sofa devant le regard complice de la conjoints, un croûteur acharné sur cette même conjointe ou la bite d'un croûteur dans un élan ardent dans ma gorge...

    Je me suis réveillé nu sur le sofa au petit matin. Après avoir trouver mes trucs, j'ai quitté. Un fois chez moi, je me suis étendu sur mon lit pour caresser et m'endormir. Définitivement, la Belladonna est vraiment une drogue de poupée.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique